Regarder au bon endroit à Moto !

Bien que le titre de cet article puisse laisser penser qu’il s’agit d’un film d’arts martiaux orientaux, ou pire, d’une sorte de ralato moto-érotique, en réalité le sujet est aussi simple que de savoir où regarder quand on conduit une moto.

Facile, n’est-ce pas ?

Eh bien, ce n’est pas si simple, car beaucoup de gens lorsqu’ils commencent à conduire une moto (et je suis le premier) font l’une des erreurs de débutant les plus typiques : conduire en regardant juste devant la roue avant.

La peur de rencontrer quelque chose d’inattendu sur l’asphalte, qu’il s’agisse d’eau, de diesel ou d’un simple nid-de-poule, retient notre regard à quelques mètres devant notre moto, croyant pouvoir les éviter à temps.

Mais ce qui se passe généralement lorsque le redoutable nid de poule arrive, c’est que nous gardons les yeux fixés sur lui, et lorsque nous essayons de coordonner le mouvement d’évitement, dans le temps qui s’écoule entre le moment où l’ordre quitte notre cerveau et celui où il atteint nos mains et nos pieds, le nid de poule passe impunément, et avec toute la malchance possible, sous nos pauvres pneus, avec les secousses conséquentes de la moto et la colère correspondante du conducteur (et sûrement du copilote s’il y en a un).

Alors, de quel côté faut-il regarder ?

Eh bien, nous devons simplement regarder où nous voulons aller, et non où nous allons.

Pour une raison inexplicable, une moto a toujours tendance à aller là où le conducteur regarde. Quoi que vous fassiez, que ce soit en bougeant vos mains, vos pieds ou en faisant une danse régionale sur la selle, la moto ira toujours là où vous regardez.

L’exemple le plus clair de toute cette théorie peut être vu le dimanche lorsque les courses de MotoGP sont diffusées à la télévision.

Si vous regardez les pilotes, ils regardent toujours le plus loin possible, vers l’apex intérieur du virage à l’entrée, ou vers la sortie du virage lorsqu’ils ouvrent les gaz. Vous ne verrez pratiquement jamais un motard regarder le pneu arrière de celui qui le précède (sauf s’il s’ennuie ou s’est endormi).

La prochaine fois que vous prendrez un virage, au lieu de fixer l’arbre dans le fossé, essayez de regarder la route. Il est possible que votre moto reprenne ses esprits et vous obéisse, évitant ainsi de terminer votre promenade dominicale en serrant un platane.

Note de l’auteur : Cette technique n’est pas infaillible. L’auteur n’est pas responsable de ses conséquences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.